Journal Schweiz Arch Tierheilkd  
Verlag GST  
Heft Band 165, Heft 7,
juillet 2023
 
Thema Sonderheft Tierwohl / cahier spécial Bien-être animal  
ISSN (print) 0036-7281  
ISSN (online) 1664-2848  
online seit 04 juillet 2023  
SAT archive search
Extended search

Focus

Élevage mère-veau dans la production laitière: une nouvelle approche pour le bien de la vache et du veau

Cornelia Buchli, Directrice Fachstelle MuKa

La séparation précoce du veau et de sa mère est une pratique courante dans la production laitière. Les consommatrices informées rejettent cette forme d’élevage pour des raisons de bien-être animal. Mais la relation mère-veau est-elle du tout compatible avec une production laitière? Aperçu de l’élevage mère-veau.

Ce que l’on appelle le comportement mère-enfant représente un cercle fonctionnel du comportement de tout mammifère, bovins compris. Dans les premières heures et les jours qui suivent la naissance, un lien spécifique se crée et s’intensifie entre la vache et son veau. Ils se reconnaissent mutuellement en très peu de temps: olfactivement, acoustiquement et, avec le temps, visuellement (Reinhardt, 1980; Sambraus et al., 1978). La relation vécue entre la mère et son petit fait partie du répertoire comportemental typique de l’espèce bovine. Des études ont montré que le contact avec les vaches a un effet positif sur le comportement des veaux, qui apprennent très tôt à agir de manière socialement compétente vis-à-vis de leurs congénères et présentent parfois des réactions de stress réduites (Buchli et al., 2017; Meagher et al., 2019). De plus, le fait que les veaux tètent leur mère fait pratiquement disparaître les troubles du comportement comme la succion mutuelle (Fröberg et al., 2008; Roth et al., 2009).

Représentations sociétales

Nombreuses sont les personnes qui ne sont pas conscientes du fait que l’on sépare la vache laitière et son veau. Lorsqu’on les confronte à cette pratique usuelle, elles rejettent majoritairement cette séparation (Placzek et al., 2021). Une enquête menée auprès de la population américano-canadienne a révélé qu’une séparation précoce était considérée comme une violation des normes de soins que nous devons à nos vaches et à nos veaux (Sirovica et al., 2022). Mais dans quelle mesure cette optique est-elle pertinente? En principe, les agriculteurs, les ingénieurs agronomes et les vétérinaires sont des experts en matière de garde d’animaux agricole. Les consommateurs ne le sont pas, mais ils sont les destinataires des produits animaux. L’agriculture n’est pas juste considérée comme un lieu de production de denrées alimentaires, mais aussi comme un lieu où nous réalisons ensemble, en tant que société, des valeurs importantes (Dürnberger, 2020).

Pratique agricole de l’élevage mère-veau

Depuis une adaptation de l’ordonnance en juillet 2020 (ODAIAn, 2016), il est également possible en Suisse de livrer dans le canal alimentaire du lait provenant de vaches qui allaitent leurs veaux. La base juridique pour l’élevage mère-veau était ainsi créée. Cependant, adopter une nouvelle approche soulève également de nombreuses questions quant à sa mise en œuvre. Les formes effectives de mise en œuvre d’une production laitière avec élevage des veaux sous la mère varient fortement. Outre les nombreux facteurs généraux spécifiques à l’exploitation tels que la taille du troupeau, le système de traite, le type de stabulation, etc., les variantes se distinguent essentiellement par la durée du contact quotidien entre la vache et le veau (contact total ou partiel), la fréquence de traite des vaches (une ou deux fois par jour) et l’initiateur du contact (humain, veau ou vache).

Comme les étables n’ont pas été conçues jusqu’à présent pour les vaches laitières ayant un contact avec les veaux, le passage à l’élevage mère-veau ne peut pas se faire sans adaptations, les conditions architecturales dans et autour de l’étable définissant le cadre individuel. À titre d’exemple, si le contact entre les vaches et leurs veaux est également possible dans une stabulation entravée, le contact direct lorsque les vaches sont détenues à l’attache doit se limiter aux périodes de tétée ou se dérouler dans la courette de sortie (cf. art. 40, al. 3, OPAn). Par ailleurs, dans toutes les formes d’élevage mère-veau, la quantité de lait pouvant être livrée est réduite par rapport à la forme d’élevage séparée et l’espace nécessaire aux veaux est plus important. Si l’on y économise le travail nécessaire à l’abreuvage des veaux, le temps consacré à l’observation des animaux est quant à lui plus élevé.

L’optique vétérinaire sur l’élevage mère-veau

La diversité des variantes d’élevage mère-veau s’accompagne de différents écueils et sources d’erreurs dans la pratique. L’idée erronée selon laquelle l’élevage mère-veau se suffit à lui-même comporte des risques pour les veaux comme pour les vaches. Certes la littérature décrit que l’ingestion de colostrum et de lait directement au pis maternel présente des avantages pour la résorption des anticorps (Selman et al., 1971), il n’y a néanmoins aucune garantie que chaque veau ait ingéré suffisamment de colostrum de qualité suffisante à temps après la naissance au pis de sa mère (Beam et al., 2009). Il faut donc dans tous les cas surveiller l’ingestion de colostrum du veau et la compléter au biberon les premiers jours. De même, les conditions de vêlage sont déterminantes: avec un box de vêlage propre, généreusement paillé et suffisamment spacieux pour la vache et son veau, les premiers jalons sont posés pour un développement sain du veau, précisément parce que celui-ci reste plus longtemps dans ce lieu, comparé à un élevage de veaux sans contact avec la mère. Mais il convient aussi, même chez la vache qui s’occupe habituellement avec beaucoup de dévouement de sa progéniture, de vérifier son ingestion alimentaire les premiers jours post partum, afin qu’elle ne tombe pas – comme vache laitière – dans un déficit énergétique. Il est ainsi préférable de proposer l’aliment le plus près possible du veau.

Au moins 12 semaines

Pour ce qui est de la santé des veaux, les données scientifiques disponibles sur les veaux en contact avec les vaches ne permettent pas actuellement de dresser un tableau clair. Un nombre de facteurs trop important influencent la santé des veaux et il existe trop de différences entre les diverses formes de contact vaches-veaux. Cependant, les enquêtes menées auprès des agriculteurs, les témoignages de même que les travaux pratiques montrent que les veaux sont majoritairement en meilleure santé et ont plus de vitalité que les veaux élevés sans contact avec leur mère ou avec des vaches en général (Eriksson et al., 2022; Kohler, 2019; Neave et al., 2022). Le contact avec la mère a également un effet positif sur le gain de poids des veaux (Roth et al., 2009).

En raison du développement de l’immunité de chaque veau, il est recommandé, d’un point de vue vétérinaire, de sevrer le veau de sa mère au plus tôt à partir de la 12ème semaine de vie. Le trou immunitaire est dès lors surmonté et l’immunité active a pu être établie dans l’environnement habituel. Une séparation plus précoce affaiblirait encore plus le système immunitaire pendant cette phase vulnérable de la vie d’un veau. Il faut en outre veiller à ce que le sevrage soit progressif et non brutal.

Positif pour la santé de la mamelle

En ce qui concerne la santé de la mamelle des vaches, l’effet de l’allaitement est plutôt positif (Beaver et al., 2019). La traite des vaches allaitantes fonctionne en principe, bien qu’une éjection limitée du lait alvéolaire puisse se produire dans la salle de traite pendant la phase d’allaitement (Barth, 2020). Il n’y a pas non plus de preuve que la séparation précoce de la vache et de son veau soit bénéfique pour la santé de la vache ou du veau (Beaver et al., 2019).

Perspective

Différents facteurs peuvent déterminer le succès ou l’échec de la mise en œuvre d’une production laitière avec élevage des veaux sous la mère. Comme pour de nombreuses formes d’élevage, mais tout particulièrement ici, la gestion constitue la base décisive d’un élevage mère-veau réussi. Les vétérinaires de troupeau peuvent conseiller les éleveurs qui passent à ce type de production et leur signaler les écueils potentiels. Une collaboration positive et prévoyante entre les vétérinaires et les agriculteurs est indispensable pour une production laitière qui doit aller de pair avec un bien-être animal élevé.

Vaches laitières suisses et leurs veaux au pâturage.

Références

  • Barth, K., 2020. Effects of suckling on milk yield and milk composition of dairy cows in cow–calf contact systems. Journal of Dairy Research 87, 133–137. https://doi.org/10.1017/S0022029920000515
  • Beam, A.L., Lombard, J.E., Kopral, C.A., Garber, L.P., Winter, A.L., Hicks, J.A., Schlater, J.L., 2009. Prevalence of failure of passive transfer of immunity in newborn heifer calves and associated management practices on US dairy operations. Journal of Dairy Science 92, 3973–3980. https://doi.org/10.3168/jds.2009-2225
  • Beaver, A., Meagher, R.K., von Keyserlingk, M.A.G., Weary, D.M., 2019. Invited review: A systematic review of the effects of early separation on dairy cow and calf health. Journal of Dairy Science 102, 5784–5810. https://doi.org/10.3168/jds.2018-15603
  • Buchli, C., Raselli, A., Bruckmaier, R., Hillmann, E., 2017. Contact with cows during the young age increases social competence and lowers the cardiac stress reaction in dairy calves. Applied Animal Behaviour Science 187, 1–7. https://doi.org/10.1016/j.applanim.2016.12.002
  • Dürnberger, C., 2020. Ethik für die Landwirtschaft. Das philosophische Bauernjahr. Kdp, Salzburg.
  • Eriksson, H., Fall, N., Ivemeyer, S., Knierim, U., Simantke, C., Fuerst-Waltl, B., Winckler, C., Weissensteiner, R., Pomiès, D., Martin, B., Michaud, A., Priolo, A., Caccamo, M., Sakowski, T., Stachelek, M., Spengler Neff, A., Bieber, A., Schneider, C., Alvåsen, K., 2022. Strategies for keeping dairy cows and calves together - a cross-sectional survey study. Animal 16, 100624. https://doi.org/10.1016/j.animal.2022.100624
  • Fröberg, S., Gratte, E., Svennersten-Sjaunja, K., Olsson, I., Berg, C., Orihuela, A., Galina, C.S., García, B., Lidfors, L., 2008. Effect of suckling (‘restricted suckling’) on dairy cows’ udder health and milk let-down and their calves’ weight gain, feed intake and behaviour. Applied Animal Behaviour Science 113, 1–14. https://doi.org/10.1016/j.applanim.2007.12.001
  • Ivemeyer, S., Kenner, A., Knösel, M., Knierim, U., 2016. Milchaufnahme von Tränkekälbern in einem System der muttergebundenen Kälberaufzucht. KTBL-Schrift 511, 81.
  • Kohler, P., 2019. Vergleich zwischen klassischer Vollmilchtränke und muttergebundener Kälberaufzucht unter besonderer Berücksichtigung der Tiergesundheit und Wirtschaftlichkeit (Meisterarbeit). Landwirtschaftsschule Kempten.
  • Meagher, R.K., Beaver, A., Weary, D.M., von Keyserlingk, M.A.G., 2019. Invited review: A systematic review of the effects of prolonged cow-calf contact on behavior, welfare, and productivity. J Dairy Sci 102, 5765–5783. https://doi.org/10.3168/jds.2018-16021
  • Neave, H.W., Sumner, C.L., Henwood, R.J.T., Zobel, G., Saunders, K., Thoday, H., Watson, T., Webster, J.R., 2022. Dairy farmers’ perspectives on providing cow-calf contact in the pasture-based systems of New Zealand. Journal of Dairy Science 105, 453–467. https://doi.org/10.3168/jds.2021-21047
  • Placzek, M., Christoph-Schulz, I., Barth, K., 2021. Public attitude towards cow-calf separation and other common practices of calf rearing in dairy farming—a review. Organic Agriculture 11, 41–50. https://doi.org/10.1007/s13165-020-00321-3
  • Reinhardt, V., 1980. Untersuchung zum Sozialverhalten des Rindes - Eine zweijährige Beobachtung an einer halb-wilden Rinderherde (Bos indicus), Tierhaltung. Birkhäuser, Basel.
  • Roth, B.A., Barth, K., Gygax, L., Hillmann, E., 2009. Influence of artificial vs. mother-bonded rearing on sucking behaviour, health and weight gain in calves. Applied Animal Behaviour Science 119, 143–150. https://doi.org/10.1016/j.applanim.2009.03.004
  • Sambraus, H.H., Brummer, H., Putten, G. van, Schäfer, M., Wennrich, G., 1978. Nutztier Ethologie: das Verhalten landwirtschaftlicher Nutztiere; eine angewandte Verhaltenskunde für die Praxis.
  • Selman, I.E., McEwan, A.D., Fisher, E.W., 1971. Studies on Dairy Calves Allowed to Suckle their Dams at Fixed Times Post Parttim. Research in Veterinary Science 12, 1–6. https://doi.org/10.1016/S0034-5288(18)34230-9
  • Sirovica, L.V., Ritter, C., Hendricks, J., Weary, D.M., Gulati, S., von Keyserlingk, M.A.G., 2022. Public attitude toward and perceptions of dairy cattle welfare in cow-calf management systems differing in type of social and maternal contact. J Dairy Sci S0022-0302(22)00050–9. https://doi.org/10.3168/jds.2021-21344
  • Verordnung des EDI über Lebensmittel tierischer Herkunft, 2016. , 817.022.108.
  • Zipp, K.A., Barth, K., Rommelfanger, E., Knierim, U., 2018. Responses of dams versus non-nursing cows to machine milking in terms of milk performance, behaviour and heart rate with and without additional acoustic, olfactory or manual stimulation. Applied Animal Behaviour Science 204, 10–17. https://doi.org/10.1016/j.applanim.2018.05.002
 
TYPO3 Agentur