Espace membre

Vous n'êtes pas connecté

Journal Schweiz Arch Tierheilkd  
Verlag GST  
Heft Band 161, Heft 4,
avril 2019
 
Thema Netzwerk Pferedeforschung Schweiz  
ISSN (print) 0036-7281  
ISSN (online) 1664-2848  
online seit 01 avril 2019  
SAT archive search
Extended search

Vet-Info

Vacciner pour l’Afrique – car les vétérinaires sauvent des vies

www.vsf-suisse.org/impfen
info@vsf-suisse.org

Cette année, la campagne «Vacciner pour l’Afrique» aura lieu pour la 14e fois, du 13 au 18 mai. Pendant cette semaine des cabinets vétérinaires suisses ­collectent les recettes des vaccinations et reversent tout ou partie de ­celles-ci à Vétérinaires Sans Frontières Suisse. Participez et aidez-nous à ­améliorer la santé des animaux et donner de meilleures conditions de vie aux familles dans le besoin!

Grâce au soutien des vétérinaires suisses et à l’engagement généreux de VIRBAC Suisse SA, qui prend en charge les frais de cette campagne, VSF-Suisse peut organiser cette année la 14e campagne de collecte de dons «Vacciner pour l’Afrique». Les dons récoltés par les ­vétérinaires suisses au cours de cette semaine aident les personnes dont la vie, voire la survie dépend de la santé de leurs animaux de rente.

VSF-Suisse organise des formations vétérinaires pour améliorer la vie des éleveurs par exemple en Éthiopie, au Kenya, au Mali, en Somalie, au Soudan du Sud et au Togo. L’an dernier, 14 636 personnes ont bénéficié des formations de VSF-Suisse, dont de nombreux auxiliaires villageois d’élevage (AVE). Ils fournissent des services vétérinaires à leurs communautés dans des régions éloignées et fragiles, où le service public de santé animale est absent.

La formation en santé animale sauve des vies dans les régions en conflit!

Vous avez probablement entendu parler de la guerre civile dévastatrice au Soudan du Sud. Pouvez-vous imaginer ce que cela signifie pour les soins vétérinaires du pays? En dehors des centres urbains, ils sont pratiquement inexistants. Cela pose un problème majeur pour de nombreuses communautés, car la majorité de la population du Soudan de Sud vit de l’agro-pastoralisme, une combinaison d’agriculture et d’élevage. Pour eux, la santé de leurs troupeaux est de la plus haute importance – le manque de soins vétérinaires fatal.

En raison de l’absence de services publics de santé animale, des maladies telles que la PPCB, la septicémie hémorragique et l’helminthiase se sont rapidement propagées ces dernières années, à cause du grand nombre de personnes fuyant la guerre et de l’absence de mesures préventives. C’est la raison pour laquelle VSF-Suisse y forme des AVE. Avec les connaissances acquises, les AVE peuvent mettre en place des mesures décisives pour contenir ces maladies. Les participants à cette formation suivent des cours théoriques et pratiques et acquièrent des compétences en matière de diagnostic, de traitement et de prévention des maladies animales les plus courantes. Cela leur permet de prendre des mesures préventives telles que vaccinations ou traitements antiparasitaires et, lorsqu’une maladie est diagnostiquée, ils effectuent le traitement nécessaire.

Une terrible fuite, des animaux ­malades et une attente anxieuse

Mary Nyagai Chuol, mère de cinq enfants, est agro-pastoraliste au Soudan de Sud et bénéficiaire des programmes de VSF-Suisse. Il y a environ trois ans, son village a été victime de la guerre civile, pillé et incendié. Non seulement Mary a été séparée de son mari, mais elle a aussi perdu la plupart de son bétail.

Après l’attaque, elle est restée seule avec cinq enfants et sept bovins et a été forcée de fuir le village peu sûr pour se réfugier dans la brousse. Là, la famille a été coupée de toute infrastructure et de tout service vétérinaire pendant deux ans. Leur survie dépendait presque entièrement du lait de leurs vaches, car l’agriculture n’était plus possible dans ces circonstances.

Malheureusement, les vaches souffraient d’une grave helminthiase et ne donnaient qu’un demi-litre de lait par traite. La situation nutritionnelle de la famille est devenue très précaire.

Les auxiliaires-vétérinaires sauvent les vaches et de ce fait les personnes vulnérables

Heureusement, Marie a pu faire soigner son bétail par des auxiliaires-vétérinaires. Dans le cadre d’un projet de VSF-Suisse qui a traité plus de 100 000 animaux (bovins, chèvres et moutons), ses vaches ont également été vermifugées. Cela a changé leur vie:

«J’ai des animaux en bonne santé qui continuent à produire du lait. La production laitière est passée à deux ou trois litres par vache et par traite, alors qu’elle n’était que d’un demi-litre à l’époque. J’ai remarqué cette amélioration après le traitement au vermifuge des animaux.»

Amélioration drastique des moyens d’existence

Le traitement a considérablement amélioré les moyens de subsistance de toute la famille. Elle peut vendre le surplus de lait des vaches et investir durablement l’argent gagné. Ils vivent maintenant indépendamment de l’aide alimentaire internationale et Marie est confiante: «Tant que mes vaches seront en bonne santé et que nous aurons assez de lait, je serai une mère heureuse».

De telles réussites montrent l’importance du travail des AVE dans les zones de conflit. C’est la raison pour laquelle VSF-Suisse continue d’investir dans leur formation.

Rendez possible la formation et l’amélioration des activités génératrices de revenus et enregistrez votre cabinet vétérinaire pour «Vacciner pour l’Afrique»: www.vsf-suisse.org/vacciner. Au nom des bénéficiaires de notre travail – un grand merci!

Un AVE formé par VSF-Suisse au Soudan du Sud soigne le bétail dans un «cattle camp», un camp temporaire pour les animaux de rente des communautés agro-pastorales.
Mary Nyagai Chuol trait une de ses vaches. Depuis qu’elles ont été vermifugées, elles ont finalement donné ­assez de lait pour que la famille puisse survivre.
Les enfants de Mary Nyagai Chuol jouent avec les vaches de la famille. Dans l’agro-pastoralisme, les vaches ne sont pas seulement du bétail, elles sont aussi une valeur importante pour la communauté.

Texte: Marlen Rau, VSF-Suisse

 
TYPO3 Agentur