Espace membre

Vous n'êtes pas connecté

Journal Schweiz Arch Tierheilkd  
Verlag GST  
Heft Band 160, Heft 3,
mars 2018
 
ISSN (print) 0036-7281  
ISSN (online) 1664-2848  
online seit 01 mars 2018  
SAT archive search
Extended search

Communication de l'association

Rapport concernant le test d’aptitudes pour les études de médecine

La demande pour les études de vétérinaires plus forte que jamais

Le dernier rapport concernant le test d’aptitudes pour les études de médecine (AMS) le montre: les places pour des études de médecine vétérinaire sont très briguées. La proportion des personnes admises est passée pour la première fois en-dessous des 40%.

Au cours des dernières années, la demande pour les 150 places d’étude à la faculté Vetsuisse n’a eu de cesse d’augmenter. C’est ce qui ressort du rapport AMS publié en décembre 2017 sur mandat de la Conférence suisse des hautes écoles (CFHE). L’an dernier, 566 personnes s’étaient inscrites au test d’aptitudes pour les études de médecine vétérinaire jusqu’en février et 440 personnes ont clôturé le test. De celles-ci, seules à peine 40% ont obtenu une place (cf. graphiques 1 et 2).

Plus de 80% de femmes

La proportion de candidates en médecine vétérinaire reste stable, à un niveau toujours élevé depuis trois ans. Le rapport entre les sexes était de 87% de femmes et 13% d’hommes en 2017 (graphique 3). Aux termes du rapport AMS, le concept du test satisfait l’égalité de traitement souhaitée, grâce à la composition des groupes de tâches pour des profils de forces et de faiblesses stables, bien que les deux groupes partiels soient représentés de manière très disparate aux tests.

La distribution des langues est restée semblable

Les candidats et candidates de langue maternelle allemande forment toujours la majorité dans le test d’aptitudes. En 2017, 66% étaient germanophones, 28% francophones et 6% italophones. La répartition dans les différentes langues n’a que peu évolué au cours des années (graphique 4).

Les places d’études en médecine vétérinaire sont limitées depuis l’introduction du numerus clausus en 1999. Le test d’aptitudes évalue l’aptitude des candidates et des candidats aux études. Il est organisé une fois par an, le même jour pour les médecines vétérinaire, humaine et dentaire. En 2017, le test a été mené le 7 juillet en neuf endroits et en trois langues. Le choix du lieu peut être fait indépendamment du futur lieu d’études. En 2017, 266 personnes avaient indiqué Berne comme lieu de prédilection pour les études de médecine vétérinaire et 172 Zurich.

Graphique 1: Évolution des inscriptions pour la médecine vétérinaire de 1999 à 2017: les inscriptions augmentent, le nombre de places d’études reste constant. Les chances des candidats d’obtenir une place reculent donc.
Graphique 2: Taux d’admission: pourcentage de personnes disposant d’un classement en pourcentage valable, auxquelles une place d’études pourrait être attribuée. En 2017, la proportion en médecine vétérinaire est passée pour la première fois en-dessous de la barre des 40%.
Graphique 3: Proportion des sexes lors de l’inscription pour la médecine humaine (à partir de 2008 y compris la chiropraxie), la médecine vétérinaire et la médecine dentaire, années avec numerus clausus, 100% par an et par discipline.
Graphique 4: Comparaison des groupes de langues. Les candidats par discipline et par année sont représentés par 100% (seule la partie entre 60% et 100% est représentée).

Procédure de sélection sous la loupe

L’automne 2012, les hautes écoles universitaires, les hautes écoles spécialisées et les hautes écoles pédagogiques de Suisse ont fondé en commun l’association swissuniversities, à titre de regroupement des anciennes conférences des recteurs. En janvier 2017, swissuniversities a remanié le concept existant de groupe d’accompagnement scientifique pour la procédure d’admission en médecine vétérinaire. La faculté Vetsuisse y est représentée. Le groupe d’accompagnement traite de questions de conception, d’évaluation et de développement de la procédure d’admission. Une fois par an, les protagonistes se rencontrent pour évaluer la session de test clôturée.

Le test d’aptitudes va être maintenu sur le principe, on discute cependant de son importance et de sa pondération. Le but du test doit être de sélectionner autant que possible des étudiants adaptés et des futurs professionnels adéquats. La présente étude a pu montrer une bonne corrélation entre la réussite du test d’aptitudes et la clôture avec succès des études.

En dépit des bons résultats, la faculté Vetsuisse a lancé une enquête après de 20 autres universités, afin de déterminer comment celles-ci sélectionnaient leurs étudiants. Les procédures de sélection judicieuses seront étudiées de plus près.

Téléchargement du rapport AMS 2017 complet (en allemand):
www.unifr.ch/ztd/ems/doc/Bericht24.pdf
© 2017 CTD Centre pour le développement de tests et le diagnostic au département de psychologie de l’Université de Fribourg, www.ztd.ch

 
TYPO3 Agentur